Carry On – Rainbow Rowell

32768522

Carry One
Rainbow Rowell
528 pages

4/5

Simon Snow déteste cette rentrée. Sa petite amie rompt avec lui ; son professeur préféré l’évite ; et Baz, son insupportable colocataire et ennemi juré, a disparu. Qu’il se trouve à l’école de magie de Watford ne change pas grand-chose. Simon n’a rien, mais vraiment rien de l’Élu. Et pourtant, il faut avancer, car la vie continue…

___


Pendant ma lecture de Fangirl, j’ai eu un énorme coup de coeur sur la plume de l’auteure et l’univers qu’elle avait créé pour les besoins de son histoire : celui de Simon Snow, le pire élu que le monde ai jamais vu. Du coup, quand j’ai vu qu’elle allait faire un roman sur cet univers particulier, j’ai sauté sur le roman, pour le mettre très rapidement dans ma PAL, où il est resté malheureusement pendant plus d’un an #Shame.

Ce n’est que très récemment que j’ai finis par le sortir de ma bibliothèque et à doucement le lire. Les premières pages étaient difficile, car on se retrouve plongé dans un univers que l’on ne connais pas, directement dans la dernière année d’études de Simon Snow. C’est comme si on découvrais Harry Potter en commençant par le dernier tome. Un peu étrange au premier abord, mais on finis par s’y faire. L’auteure nous prends par la main et nous dévoile certaines informations via le biais de souvenirs de Simon Snow ou de ses amis, afin que l’on puisse s’y retrouver dans son histoire.

Certains reprochent à ce roman son manque de scénario, ce qui n’est pas tout à fait faux, mais cela n’est pas gênant pour autant. Notre attachement pour les personnages créés par Rainbow Rowell prends le dessus sur l’histoire, nous entraînant à travers les pages dans un flot d’émotions légèrement prévisible mais si doux à lire. Un pur régal en quelques sortes !

J’ai beaucoup aimé les parties de Baz, qui sont complètement différentes de celles de Simon, ou même des autres personnages. Je me suis aussi beaucoup attaché au personnage de Peneloppe, contrairement à celui d’Agatha, qui ne m’a fait que hausser les sourcils à certains moments de l’histoire. C’est le personnage le plus creux de tout le roman à mon goût. Même le personnage complètement farfelus du Mage est plus profond même si il est parfois beaucoup plus incompréhensible.

Bref, lisez Carry On, rien que pour ses personnages et sa sensation feel-good, car c’est une très très bonne lecture !